SLR t'appelle, "jeune" chercheur

Publié le par TEXEROLAS

Sauvons la recherche nous appelle à la rescousse demain jeudi à 8h 30 pour sauver le CNRS et "pour un monde meilleur"


tant qu'à faire...

Que puis-je faire pour défendre l’enseignement et la recherche le 19 juin ?

SLR propose les actions suivantes, j'expose mon point de vue.

Venir (dès 8h) participer au blocage du CA du CNRS à Paris.

Je vais y aller, et demander aux présents combien sont titulaires, combien sont précaires, ha non ! Demain matin je surveille des examens pour l’éducation nationale (il faut bien vivre).

Inciter le directeur de mon laboratoire ou/et de mon UFR à organiser une réunion pour discuter et préparer le 19 juin : les conditions posées et la portée de la grève administrative ;

(rire) Je suis suspect pour le moins depuis mes sorties sur SLR, il y a 4 ans. à l’époque mon directeur de labo à démissionné, puis réintégré son poste, tranquille. Quant à moi et mes co-disciples nous sommes toujours aussi précaires. Ah oui, ce directeur fait indéniablement partie des mandarins…

Afficher l’appel sur la porte de mon bureau ;

C’est une bonne idée, mais au fait il est où ? Pourtant c’est ma cinquième année d’enseignement à l’université je devrais le savoir où qu'il est ce bureau…

Diffuser l’appel dans mes réseaux ;

Hi Hi, tiens je vais l’envoyer à ma mailing-list de chercheurs précaires et autres travailleurs du savoir et artistes… pourquoi pas chez Kalai ?




Diffuser l’appel des médaillés CNRS et en contacter de nouveaux

 Oula... pas beaucoup de médaillés CNRS dans mon carnet d’adresses, c’est donc pour ça que je n'y suis pas recruté… Je me refuse à y croire.

M’informer sur l’ANR ;

Quand je propose un projet de recherche à l’ANR c’est pour croûter pas pour acheter une maison secondaire, je les connais bien… Quoi il y aurait des membres de SLR à l’ANR ? impossible !

ou le financement de la recherche :

Je sais bien, je travaille dans des locaux où les plafonds risquent de tomber…

le budget de la recherche (4 pages + annexes) ;

Faible ou élevé je reste un esclave intermittent, j'ai pas vraiment le temps de lire ça 

le crédit impôt-recherche (2 pages) ;
Moins d’impôts, plus de fondations et de mécénat, il faudra pleurer auprès d’un prince pour avoir quelques miettes, c’est déjà le cas, mais en plus il faut cirer des pompes mandarinales, pas le temps de lire non plus et je dois finir cet article, il faut soumettre (nos articles) avant les départs en vacances car nos "pairs" qui nous expertisent en toute indépendance et qui partent en vacances eux...

pardon pour l'accent populiste... 


Bon j'y retourne,

Pour que cela soit clair, je suis totalement opposé à ces
« réformes ». Mais je suis trop précaire pour lutter avec SLR demain matin…



Si SLR organise un rdv de précaires sans titulaires, j'y serai...




TEXEROLAS 

 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

elianedaphy 10/07/2008 02:04

Tiens, c'est rigolo : moi aussi, j'ai été censurée sur le site de SLR. Enfin, pas exactement censurée, mes posts et messages ont été mis en ligne après la bagarre qu'ils évoquaient.

Quand je pense que je répétais sur mon site avec application le dogme : «mais non, vous vous trompez, y a pas de censure sur le site SLR», j'en rigole (jaune, vert, gris, noir).

J'ai l'impression qu'il y a un moment de ma vie où j'avais pas bien tout compris ce qui se passait. C'est grave, docteur ?

elianedaphy 09/07/2008 12:14

Sur mon site, a été posté un message "Pourquoi je ne me battrai pas aux côtés de SLR par candidat malchanceux". http://elianedaphy.org/article.php3?id_article=537

Candidat malchanceux traite de la définition de la précarité selon SLR.

J'ai répondu, en essayant d'éviter la langue de bois "luttons tous ensemble", qui fut parfois mienne ces derniers temps.

AVREL 09/07/2008 13:58



Salut Eliane,

Tex s'est barré à l'étranger, je le remplace pour le momment sur ce blog.

Sache tout d'abord que nous ne connaisons pas "candidat malchanceux". Par contre j'ai connu la censure sur le site de SLR (hier) de la part d'Emmanuel
Saint-James et ça n'encourage pas vraimment au "dialogue"...

Je précise que mon message ne comportait aucune invective à par une référence à Brassens ("le temps n'y fait rien à l'affaire...").

Que dire d'autre ? Je suis bien d'accord avec ce témoignage, il parrais que le CA de SLR se rassemble demain et que cette question sera évoqué, a suivre...

En attendant je vais proposer le texte au comité de lecture de "precairedusavoir"


salutation

Av.


Avrel 25/06/2008 12:43

Sur le site de SLR ici
http://www.sauvonslarecherche.fr/spip.php?breve193
on trouve :

Nouvelle brève

action ANR
dimanche 19 juin 2005.
je propose de joindre le texte de l’appel à tous les envois de dossiers à l’ANR

.........................................
ca tombe bien parmi les propositions
il y a : " M’informer sur l’ANR "

en même temps qu'on leur demande du fric c'est une bonne occasion de s'informer sur eux

schizo, malins ou abrutis ?

Anonyme 23/06/2008 13:08

Ils sont mal, le CA du CNRS dois se réunir dans les 20 jours qui suivent et ainsi de suite pour accepter le "projet"...

Sans nous je vous pas ce qu'ils pourrons y faire...

http://www.cnrs.fr/cnrs2020/IMG/pdf/Plan_Strategique_CNRS_CS_16_juin_2008_080613.pdf

TEXEROLAS 24/06/2008 11:37



Malgré tout mon ressentiment, je ne peux pas me réjouir de ce qui se passe dans la recherche. J'espère sincèrement que le CNRS va résister mais
pour cela ils faut que les statutaires comprennent notre désarrois.


Voir l’excellent article de Yannick Comenge

http://yannick-comenge.20minutes-blogs.fr/archive/2008/03/16/sarkozy-et-la-recherche-un-statut-mite.html


et une autre discussion sur ce billet ici

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article68048#forum248561

 



VOX 23/06/2008 09:39

"jeune" bof
c'est surtout petite main.
Je pense que SLR n'a pas saisie les raisons qui ont poussé les précaires à les soutenir et à ne plus le faire...
instrumentalisé ça vous dit quelque chose...

TEXEROLAS 23/06/2008 12:31


Je propose des pistes dans mon prochain billet VOX.
merci pour ton commentaire.